Marcher en Arménie

6 octobre 2009

Absurdités

Filed under: Non classé — denisdonikian @ 6 h 40 mi
Tags: , , , ,

Tatev est un bon exemple pour décrire les absurdités administratives. C’est que les choix sont faits en fonction d’intérêts dont on ne comprend pas le sens. (Ou ne sont pas faits bien que le temps presse, comme à Vorotan dont les eaux chaudes se déversent en pure perte). Ainsi, la construction d’un téléphérique à Tatev pour acheminer les touristes au monastère relève, au mieux d’un choix économique, au pire d’une volonté maffieuse. Devant des projets aussi gigantesques, il faut toujours se demander qui a intérêt à les autoriser. Pas les villageois de Tatev qu’on n’aura pas consultés. Même si leur inertie étonne, eux si prompts à se révolter. Il est évident qu’il serait plus urgent d’autoriser le raccordement du village au gaz que d’investir des sommes folles au seul profit des touristes. Plus évident surtout de refaire la route qui conduit à Tatev, car les villageois en profiteraient autant que les étrangers qui mériteraient ainsi leur visite pour avoir connu les mille et un lacets de la côte. Or l’absence de gaz au village conduit au déboisement d’une région somptueuse, périodiquement décrié par l’administration.  Qu’on dise aux villageois comment se chauffer autrement qu’avec du bois. On ne craint pas alors de penser que le téléphérique va beaucoup rapporter à toute une chaîne d’individus qui ne font dans l’humanisme écologique. L’époque où Hovhannès Toumanian montrait à travers l’histoire poignante de Kikor l’exploitation de la campagne par la ville est toujours actuelle. Un villageois trouve pour son enfant un emploi chez un riche bourgeois de la capitale. Corvéable à merci, tenaillé par le bonheur perdu de son enfance et soumis aux pires vexations, Kikor prend froid et meurt, au grand dam de son père. Nul doute que ces cas de figure existent encore en Arménie. Mais rien qu’à voir vivre le centre arrogant d’Erevan et à penser à l’état lamentable des villageois, on peut comprendre que ceux-ci soient la proie de forces qui les dépassent et les écrasent.

Propulsé par WordPress.com.