Marcher en Arménie

8 octobre 2009

Des gîtes ruraux en Arménie

Filed under: Généralités — denisdonikian @ 8 h 51 mi
Tags: , ,

La communauté arménienne stéphanoise entend contribuer au développement touristique de son pays d’origine. Un projet de gîte rural, financé par la région, est porté par la Maison de la culture arménienne.

Elle abrite des plateaux aux ocres désertiques, de vastes montagnes à la flore verdoyante. Petit pays de l’ancienne République soviétique, l’Arménie dispose d’un vaste potentiel touristique. Le hic, aujourd’hui, tient au manque de structures d’accueil. A Saint-Etienne, la Maison de la culture arménienne (MCA) avance une solution.

« Comme tous les Etats émergents, l’Arménie a peu de moyens, explique Jean Krikorian, président de la MCA Loire. Elle se développe de manière inconsidérée au niveau de la capitale en laissant de côté les communes rurales. Notre souhait est de contrer la désertification et de développer la périphérie à travers la mise en place d’une fédération de chambres d’hôtes et de gîtes ruraux ».

Imaginé l’an dernier, le projet a depuis reçu le soutien de la région Rhône-Alpes. Une subvention de 40 000 euros consacrée, entre autres, au référencement des établissements touristiques arméniens. « Nous avons là-bas des correspondants chargés d’identifier les lieux, déclare Astrig Marandjian, coordinatrice du projet. En septembre, un site internet recensera les soixante-dix adresses répertoriées. Les voyagistes seront tenus informés. Puis il s’agira de former les hôtes à l’accueil. Dans un premier temps, nous remettrons une brochure en langue arménienne aux propriétaires des gîtes et dans un second temps, un expert de la région Rhône-Alpes partira là-bas pour y délivrer une formation ».

A terme, la MCA Loire envisage de proposer des circuits aux touristes en visite. Dans ce cadre, elle pourrait se rapprocher de l’association Des Pyrénées au Caucase, vouée à la création d’un chemin de grande randonnée en Arménie. Et pourquoi ne pas contribuer à la rénovation et à la mise aux normes de gîtes ruraux ? Des perspectives de développement encore à préciser.

« Nous avons de grandes ambitions, confie Jean Krikorian. Au final, la démarche telle que nous l’avons imaginée pourrait coûter dans les 100 000 euros. Nous allons faire une demande de subvention à l’Europe ».

Du côté du gouvernement arménien, l’initiative est bien perçue d’autant que les autorités s’efforcent parallèlement de développer le tourisme. « La labellisation des gîtes devrait être opérationnelle en 2010, annonce Jean Krikorian. Depuis l’année de l’Arménie en France en 2006, les visiteurs se font plus nombreux. Il faut dire qu’avec 3 000 ans d’histoire et des sites propices à la pêche, la randonnée ou le canyoning, le pays a de belles choses à offrir ».

Laetitia Cohendet

MCA Loire : 7 rue Palissy

mcaloire.free.fr

http://www.leprogres.fr

Publicités

4 octobre 2009

Vivre à la campagne

Filed under: Généralités — denisdonikian @ 7 h 10 mi
Tags:

DSC01042

Loin d’Erevan’, la vie est rude. Y sévit une sorte d’hiver économique permanent. Même si la nature compense par la force de sa beauté et les puissances de sa richesse l’état de déréliction qui imprime l’existence des villageois. Il est même des agglomérations comme Sissian’ qui n’ont rien des animations qui font scintiller le centre-ville d’Erevan’ d’un éclat aussi incongru qu’artificiel. La nuit tombe sur les hommes comme un couperet qui les pousse à courir pour échapper à l’obscurité. C’est que la campagne est en Arménie comme l’anti-Erevan’. C’est dire qu’on y trouve autre chose que les ingrédients du conflit permanent, de la haine de l’autre, de la course agressive à la vie à la mort. Quelque chose de calme, comme une douce attente faite de renoncements, anime les esprits. Et donc une disponibilité ouverte au voyageur. Pousser une porte, c’est être accueilli par une hospitalité pauvre mais naturelle et généreuse. Vous avez soif, on vous donne de l’eau, puis on vous offre un café, sa meilleure eau-de-vie, on vous demande de parler de vous, de votre pays, de tout ce qui fait défaut à ce petit monde perdu dans les oublis par les privilèges de la civilisation. Mais l’Arménie qui souffre la réalité de son état vous semble tout à coup devant vos yeux. Elle vous parle, elle se donne à vous, elle partage avec vous son humanité. Une humanité à cœur ouvert dans un pays où l’homme se tient entre la terre et le ciel comme un composé animal et spirituel.

Septembre 2009

*

Photographies de Denis Donikian ( copyright)

*******

Le site MARCHER en ARMENIE a pour but de faire partager des expériences de randonnées dans les provinces arméniennes, de donner des informations pratiques, de créer des liens vivants entre la diaspora et les villageois, mais aussi de promouvoir un tourisme d’entraide et de découverte. Ce site appartient à tous ceux qui souhaitent joindre l’utile à l’agréable, la rencontre et la promenade, la culture et la nature. Nous invitions ceux qui ont écrit sur leur voyage à pied en Arménie à nous soumettre leur texte et leurs photos.

2 octobre 2009

Hospitalités

Filed under: Généralités — denisdonikian @ 16 h 10 mi
Tags: ,

DSC00943

En Arménie, on ne craint pas l’étranger. On a soif de lui. De l’entendre. Pour imaginer grâce à lui des inconnus inaccessibles. C’est qu’il apporte dans ses paroles des pays où l’on n’ira probablement jamais. Et pour être à la hauteur de son invité, l’hôte lui offre le meilleur qu’il a chez lui : des fruits locaux garantis naturels, des alcools faits maison comme vous n’en trouverez jamais ailleurs qu’ici. De l’originel. Le jus et le feu de la terre. Mais d’abord le café plutôt que l’eau. Il parfume l’ambiance hospitalière, coule onctueux sur le tapis des papilles et fait éclater dans le cerveau la saveur du pays. Surtout il incite aux questions. Elles fusent de part et d’autre. Une joute comparative s’établit par-dessus les frontières mentales. Mais toujours, c’est le pays d’ici qui gagne grâce à son humanité, à ses rêves de vivre mieux, à ses luttes pour la survie et à la vivacité de son sens contestataire. Car la campagne bouillonne de rancœur contre ces crimes qui l’acculent à la désolation. Elle ne perd pas l’esprit dans des théories économiques d’un autre monde, ni dans les artifices de la modernité. La terre, l’air et l’eau l’obligent constamment à l’essentiel. Elle en veut à ceux qui jugulent les fruits de leur composition. C’est ainsi qu’elle met en œuvre sa raison pratique. Car les errements de la capitale se lisent en filigrane dans la mélancolie des villages. Qui est à l’image de ses rues râpeuses, de ses habitations imbéciles. Une litanie de minuscules souffrances et d’étouffements résignés.

Septembre 2009

*

Photographies de Denis Donikian ( copyright)

*******

Le site MARCHER en ARMENIE a pour but de faire partager des expériences de randonnées dans les provinces arméniennes, de donner des informations pratiques, de créer des liens vivants entre la diaspora et les villageois, mais aussi de promouvoir un tourisme d’entraide et de découverte. Ce site appartient à tous ceux qui souhaitent joindre l’utile à l’agréable, la rencontre et la promenade, la culture et la nature. Nous invitions ceux qui ont écrit sur leur voyage à pied en Arménie à nous soumettre leur texte et leurs photos.

27 septembre 2009

Soyeuses voitures sur routes déchirées

Filed under: Généralités — denisdonikian @ 2 h 47 mi

DSC00894

Rue à Sissian

On me lira comme obsédé par les routes arméniennes. Il est vrai qu’elles me font délirer. Les mauvais poètes locaux écrivent sur leurs campagnes ou leurs montagnes, mais jamais sur ces routes problématiques qui pourraient faire dérailler l’imagination vers une lecture tragique de l’existence. C’est que, depuis que je les pratique, je les regarde comme l’ennemi moins du tissu économique que des hommes mêmes. Elles empêchent. Elles chahutent le regard. Le râpent. Elles énervent le corps tant elles le remuent. L’homme, à les fréquenter, devient un animal louvoyant et sautillant. Comparer mes observations faites au cours de mes premières années dans ce pays à celles d’aujourd’hui me conduit à penser que s’éternisent les mêmes monstruosités. Que le mal est consubstantiel au pays. Je pense aux rues crevassées de Gyumri, au revêtement chaotique de celles de Nor Malatia. Toujours la même rengaine irritante et terrible des trous, des ornières et des imperfections du bitume. Or, depuis l’indépendance, les voitures aspirent au grand luxe tandis que les rues sont demeurées aussi rogues qu’elles étaient dans le passé. Tout conducteur est constamment la proie d’une contrariante contradiction entre le soyeux de sa machine et le déchiré des rues ou des routes qu’il emprunte. Et ce n’est pas quelques avenues asphaltées de la capitale qui changeront quoi que ce soit à cet oxymore permanent de la circulation. C’est à se demander à quoi servent les différentes taxes qui pèsent sur les propriétaires de voiture. Il est vrai qu’une guimbarde déglinguée s’accommodera d’une route aussi abimée qu’elle. Comme si en s’épousant les maux identiques se reconnaissaient dans une sorte de fraternelle vieillerie. Mais que peut une voiture détraquée par l’âge sur une route lisse comme une peau de bébé ? Et sur une route défoncée un véhicule dernier cri ? Pour l’heure, les voies arméniennes restent un casse-tête persistant. Elles dégoûtent tout désir de déplacement à l’idée que votre corps sera à coup sûr baratté par les hauts et les bas du parcours. Mais que faire ? Heureux ceux qui se plient sans rechigner au diktat de la dégradation. Ils sont aptes à vivre au pays.

DSC00895

Autre rue de Sissian

*

*

Photographies de Denis Donikian ( copyright)

*******

Le site MARCHER en ARMENIE a pour but de faire partager des expériences de randonnées dans les provinces arméniennes, de donner des informations pratiques, de créer des liens vivants entre la diaspora et les villageois, mais aussi de promouvoir un tourisme d’entraide et de découverte. Ce site appartient à tous ceux qui souhaitent joindre l’utile à l’agréable, la rencontre et la promenade, la culture et la nature. Nous invitions ceux qui ont écrit sur leur voyage à pied en Arménie à nous soumettre leur texte et leurs photos.

« Page précédente

Propulsé par WordPress.com.