Marcher en Arménie

21 octobre 2009

Dilidjan, le ciel après les pluies

Filed under: Marz de Tavouch — denisdonikian @ 16 h 26 mi
Tags:

DSC01099

Tombez à Dilidjan un jour de pluie, et vous regarderez les nuages, rongeant les collines environnantes, comme des monstres cherchant à vous déchirer la tête. Rien à y faire. L’humidité vous pénètre et vous met l’esprit en lambeaux. La grisaille s’agrippe à vos vêtements et hachure tout ce sur quoi se posent vos yeux. Les voitures semblent fuir et les gens traverser au plus vite le vaste carrefour dont les bras s’étoilent au bas de la ville. Le vert sombre des collines brasse les arbres en quelque chose de menaçant. On est comme dans le fond d’une nasse d’où on ne saurait oser sortir. Toute la végétation semble accablée par cette pluie qui la frappe à grands coups. Les toitures résonnent. Les feuilles émettent des bruits mats comme des notes résignées. Les chambres sont si froides qu’elles poussent à vivre sous l’édredon. Vous désespérez de pouvoir retrouver votre colline, celle qui vous parut un Éden aux lumières vibrantes de calme, et qui était comme un balcon ouvert sur la ville et la grande vallée. Vous avez arrêté un petit vieux, à coup sûr expert en météorologie locale, pour lui demander : « Haïrik, croyez-vous qu’il fera le même temps demain ? » « Le même », répondra-t-il, comme s’il laissait abattre sur votre âme le couperet d’une fatalité. Et vous remontez votre rue, évitant les flaques, malheureux de cette affirmation selon laquelle demain sera aussi inexorable qu’aujourd’hui. Vous aviez cru à une accalmie et vous vous voyiez déjà rejoindre votre site de prédilection pour laisser monter en vous-même le murmure joyeux de ces moments-là et la nostalgie des nudités naïves quand s’embrassaient les corps, les fleurs et les insectes, comme des vols qui se posent, par petites touches, au gré des désirs et des parfums sauvages. Mais la pluie persistante aura transformé votre minuscule paradis en un champ de boue. Et vous vous endormirez avec l’espoir que demain l’autobus de Dilidjan à Erevan vous sortira au plus vite de cette cuvette, car des impératifs vous obligent à rejoindre la capitale… Au matin, le ciel cynique aura des éclats de rire intenses. Un ciel comme vous en aviez rêvé et comme vous l’aviez autrefois embrassé des yeux. L’autobus tournera sur le carrefour pour prendre son élan avant de gravir la côte tortueuse jusqu’au tunnel, au bout duquel surgit toujours un autre monde.

Septembre 2009

DSC01107

*

Photographies de Denis Donikian ( copyright)

*******

Le site MARCHER en ARMENIE a pour but de faire partager des expériences de randonnées dans les provinces arméniennes, de donner des informations pratiques, de créer des liens vivants entre la diaspora et les villageois, mais aussi de promouvoir un tourisme d’entraide et de découverte. Ce site appartient à tous ceux qui souhaitent joindre l’utile à l’agréable, la rencontre et la promenade, la culture et la nature. Nous invitions ceux qui ont écrit sur leur voyage à pied en Arménie à nous soumettre leur texte et leurs photos.

Publicités

Un commentaire »

  1. Tout n’est que poésie, les images, les textes. S’il est un brodeur de mots (sic) c’est toi !

    Le regard que tu portes sur ce pays, ses paysages, ses habitants, nous le ferait aimer si nous ne l’aimions déjà.

    Commentaire par Dzovinar — 24 octobre 2009 @ 6 h 06 mi | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :